Président du Parlement de Wallonie Bonne année 2021 | Jean-Claude Marcourt

Menu

Les dernières Actualités
Mon dernier Tweet

La #Wallonie par choix, pas par défaut ! Un territoire et la collectivité qui y vit ne peuvent s’épanouir sans la g… https://t.co/Nk5PFfKQUD

Dummy

Bonne année 2021

En ces premiers jours d’une année nouvelle, je voudrais vous parler d’espérance.

Non pour effacer d’un coup d’éponge magique l’année pénible que nous venons de quitter, non pas, non plus, pour exorciser ce que la crise sanitaire continue à faire peser sur nous, individuellement et collectivement, mais parce que les difficultés, plutôt que nous faire sombrer peu à peu dans l’abandon, doivent au contraire nous pousser à redoubler de créativité, d’enthousiasme et de volonté de rendre notre monde meilleur.

La rapidité avec laquelle des vaccins ont été mis au point puis produits et maintenant administrés montre que l’homme, s’il est souvent capable du pire, peut aussi l’être du meilleur.

Personne, ces derniers mois, n’a pu se croire différent des autres, seul sur une île inaccessible ou à l’abri dans sa tour d’ivoire. C’est peut-être là un héritage bénéfique de la Covid encore faut-il que nous soyons suffisamment attentifs pour que le business ne reprenne pas as usual.

On a vu, ça et là, se développer des gestes de solidarité fantastiques, comme si les humains redécouvraient l’humanité. Mais cela reste fugace et oh combien fragile. Sans la mobilisation du plus grand nombre, ces gestes risquent de s’effacer, leurs auteurs de s’essouffler. La grandeur et la raison d’être du socialisme (et de la gauche réformiste plus largement), c’est de rendre meilleure la vie de toutes et tous. C’est d’amener chacune et chacun à s’émanciper, à réaliser sa vie en respectant celle des autres.

« A force de sacrifier l’essentiel pour l’urgence, on en oublie l’urgence de l’essentiel », a écrit le sociologue et philosophe Edgard Morin. C’était en 2004, bien avant la crise sanitaire que nous traversons, bien avant la crise monétaire, bien avant …

Cette phrase de Morin, je souhaite la partager avec vous et que, tous, nous la gardions en tête pour que, quand la tentation du confort ou de l’abandon nous guette, elle vienne fouetter à nouveau notre capacité d’indignation, de révolte, de solidarité, évidemment, mais aussi de bonheur et de joie.

Voilà pourquoi je vous invite à ne jamais renoncer à nos valeurs, à ne jamais abandonner le combat. A construire notre lendemain avec espérance.

Prenez soin de vous, de celles et ceux que vous aimez, et des autres.

Bonne année 2021 et au plaisir de vous revoir enfin, en pleine forme.

Close